A et B

En 1968, Stephen Karpman consacre le triangle dramatique « Persécuteur/Victime/Sauveur » comme une figure d’analyse transactionnelle très utile pour décrire les jeux psychologiques comme autant de jeux de rôles. Il part de l’idée qu’en endossant le rôle de la victime, on instaure des schémas de réponse dans un des deux rôles : sauveur ou persécuteur. Mais comme le « triangle de Karpman » s’entend comme le diagnostic d’un problème de communication, disons qu’il ne fait que modéliser un problème de communication où la prise de rôle empêche d’exprimer des émotions ou des idées. Dans l’engrenage cybernétique, s’installent alors des torsions éthiques. Par exemple, penser la position de « victime » sous le régime du rôle tient en soi d’une incitation à ne pas se victimiser, au motif qu’on ne peut vouloir obliger quiconque à se comporter en sauveur ou en persécuteur. Ce qui revient à couper court au récit d’un traumatisme ou d’une violence subie pour s’éviter l’exposition au scénario sur-annoncé.

Dans Vers une écologie de l’esprit (1972), Gregory Bateson mise sur le retournement d’un cercle vicieux en cercle vertueux, avec l’idée que les comportements répondent à des croyances mais façonnent la réalité (suivant une meta-croyance déjà présente dans les lois de l’attraction et autres sciences du succès, à la Dale Carnegie ou Napoleon Hill), que l’on retrouve quasi à l’identique dans le Triangle Gagnant d’Acey Choy (1990), ou The Power of TED  (2009) de David Emerald.

À titre de prise performative dans ces schémas, nous relevons que « A » et « B » sont très usités dans l’analyse stratégique cybernétisée (« la nation A accroît ses armements parce qu’elle se sent menacée par la nation B (c’est-à-dire que A considère que son comportement est un effet induit par celui de B), mais la nation B prétend que les armements de A sont la cause de ses propres mesures défensives[1]. »), tandis que « A » et « B » parlent et agissent au théâtre comme des catégories post-archétypales, dans une casuistique pré-généralisée, c’est-à-dire disponible à comparaison (par exemple chez Beckett, mais partout où des personnages s’appellent ou peuvent se rebaptiser « A » et « B »). Nous initions alors un programme de recherche qui pourrait commencer par la question : « A » et « B » sont-ils des meta-personnages, c’est-à-dire un couple allégorique mis en défaut de tenir pour modèle pour préserver son interchangeabilité dans un circuit fermé qui ne demande qu’à s’inverser à titre d’illusion d’ouverture ? Nous nous réservons la possibilité de trouver un autre point de départ en route. En attendant, les perspectives heuristiques d’un tel programme sont déjà très riches : relectures becketiennes de Watzlawick, néo-cryptages en langue naturelle des bithématismes (en musicologie notamment ou en traductions narratologiques de la musicologie…), performativités alternatives ouvertes par la relecture théâtrale des modélisations de logique formelle…

David Christoffel, EHESS et CERILAC (UPCité)


[1] Paul Watzlawick, Janet Helmick Beavin et Don D. Jackson, Une logique de la communication, Paris, Éditions du Seuil, « Points Essais », 1972, p. 94.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Isabelle Barberis (21 décembre 2022). A et B. Jeu(x) de rôle(s) : approches pluridisciplinaires. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz5j


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search